Le presbytère 

Lorsqu'en 1802, notre village devient une paroisse autonome, la commune ne possède pas de presbytère. En 1806 elle achète une maison (aujourd'hui notre épicerie) qui servait de logement au desservant jusqu'en 1897. Ce bâtiment qui date de 1759 demande des réparations constantes, si bien que la commune envisage la construction d'un nouveau presbytère.

 

Joseph Thuet offre un terrain de construction situé en face de l'église. Mais en même temps les époux Ringler François Joseph et Muller Marie Anne se déclarent prêts à vendre à la commune l'immeuble qu'ils possèdent depuis 1886 (notre presbytère actuel). Dans une minute de notaire de 1827 cette propriété est décrite comme suit: « Une maison avec cour, logement de maître à un plancher seulement, composé de 11 pièces avec grenier au-dessus, grange, écurie, buanderie, grand jardin, petit verger, vigne, le tout en un seul enclos fermé de murs et de planches comprenant 2 ha 88 ou 55 schatz et demi, situé à Urschenheim au milieu du village près de l'église ».

 

Cet immeuble a changé souvent de propriétaires, et doit dater du début du 18ème siècle. En 1790 il appartient à Xavier Fahner, bourgeois laboureur originaire d'Artolsheim et son épouse Elisabeth Le Lorrain, fille de Roland Michel, officier retraité, qui le vendent à Jean de Breck, chevalier de l'ordre de St Michel, entrepreneur de fortifications de Neuf-Brisach. Puis bâtiments et terres passent au gendre de ce dernier, Jean Zevallos, époux de Marie Barbe De Breck, écuyer et capitaine, ex-commissaire de guerre.

 

En 1802, ces biens sont mis en adjudication. Le plus offrant Jean Baptiste Trendel, architecte à Colmar, devient propriétaire. Il les cède à son gendre, Charles Dumoulin, président du Tribunal de Colmar, qui les vend aux époux Ringler-Muller.

 

Les bâtiments agricoles sont démolis et reconstruits dans l'exploitation agricole de Muller Joseph et grand-père de Muller Marcel. Ils sont détruits par fait de guerre en 1940.