La méridienne 

 La méridienne que nous pouvons observer à notre église est l'un des dérivés de la technique des cadrans solaires. Si l'usage du cadran solaire remonte à la nuit des temps, l'apparition des premières méridiennes se situe à la fin du XVIIème siècle.

      

La méridienne tire son nom du mot "Méridien" qui est un cercle imaginaire tracé autour de la terre et passant par les deux pôles terrestres. Lors du passage de l'astre solaire dans un méridien précisément déterminé, il est l'heure de midi, c'est à dire l'instant où le soleil se situe à son zénith.

 

Jusqu'en 1826 il n'y avait pas d'heure légale en France et moins encore de temps universel. Ce n'est que le 15 mars 1891 qu'il fut introduit dans toute la France l'heure de Paris. Jusque là, chaque ville avait son heure particulière. Ainsi quand il était midi à Paris, il était midi et 19 minutes à Nice et 11 heures 42 minutes à Brest. Chacun voyait jusqu'à ce moment "midi à sa porte" selon une expression familière. La France abandonnera en 1911 le méridien de Paris en s'alignant sur l'heure de Greenwich, communément appelée "temps universel".

 

Le rôle essentiel autrefois dévolu à la plupart des méridiennes fut de permettre le réglage des montres mécaniques, et plus particulièrement des horloges des clochers. En effet, ce n'est que depuis une époque relativement récente que nous disposons de moyens modernes de diffusion de l'heure, notamment par les ondes radioélectriques, qui nous permettent de synchroniser nos montres et horloges. La méridienne est restée, durant de nombreuses années, l'élément indissociable de l'horloge de notre clocher, en permettant sa remise à l'heure au moindre incident de fonctionnement. Sa précision est de l'ordre de la demi-minute.

 

La destination première des méridiennes a donc aujourd'hui perdu toute son utilité. L'unification de l'horaire et le développement d'une civilisation au travail minuté nous ont fait perdre toute référence au soleil. C'est pourquoi la production de ces merveilleux objets a totalement cessé au début de notre siècle. Rare sont aujourd'hui les personnes à en connaître encore le rôle d'antan. D'aucuns ne se sont jamais demandés "à quoi servait cette installation bizarre, que quelques-uns appellent un cadran solaire".

 

Si  l'intérêt historique des méridiennes est encore modéré, elles sont une intéressante leçon de géométrie projective pour qui veut s'y attarder.

Comment interpréter les indications de notre méridienne 

Tout d'abord observons la forme de notre méridienne, tout en se rappelant qu'elle est destinée à déterminer le moment du passage du soleil au méridien.

 

Notre méridienne est orientée plein sud. Elle se compose d'une plaque métallique surmontée d'une potence. Au sommet de la potence est fixé un disque percé en son centre d'un petit trou qui est appelé l'oeil du cadran. L'axe du cadran, est déterminé par une ligne fictive parallèle à l'axe du monde - c'est à dire l'axe des pôles de la terre - qui passe par cet œil.

 

Lorsque les rayons du soleil passent par l'œil du cadran et projettent une petite tache blanche sur la ligne médiane de la table, il est midi (solaire) et le soleil est à son zénith, c'est pourquoi nous trouvons le chiffre romain XII au bas du tableau.

 

 

La méridienne de notre village, à l'instar des méridiennes que nous trouvons dans le Haut-Rhin, a été fabriquée par l'horloger U. Adam de Colmar. Il s'agit d'une méridienne dite à temps moyen reconnaissable par la présence sur sa table d'une courbe en forme de 8 de l'équation du temps.

 

Cette courbe en forme de 8 est jalonnée sur son tracé en relief des mois de l'année. La zone dans laquelle apparaît la tache blanche du soleil au passage du méridien nous indique le mois dans lequel nous nous trouvons. En effet, la terre dans son mouvement de translation autour du soleil pivote sur son axe de rotation. Cela explique que durant l'hiver la position du soleil dans notre ciel est plus basse que durant l'été - ainsi les ombres s'allongent à partir du solstice d'été et se raccourcissent à partir du solstice d'hiver - ce que reflète notre méridienne.

 

 

 
 
 
 
 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La méridienne de notre village, à l'instar des méridiennes que nous trouvons dans le Haut-Rhin, a été fabriquée par l'horloger U. Adam de Colmar. Il s'agit d'une méridienne dite à temps moyen reconnaissable par la présence sur sa table d'une courbe en forme de 8 de l'équation du temps.

 

Cette courbe en forme de 8 est jalonnée sur son tracé en relief des mois de l'année. La zone dans laquelle apparaît la tache blanche du soleil au passage du méridien nous indique le mois dans lequel nous nous trouvons. En effet, la terre dans son mouvement de translation autour du soleil pivote sur son axe de rotation. Cela explique que durant l'hiver la position du soleil dans notre ciel est plus basse que durant l'été - ainsi les ombres s'allongent à partir du solstice d'été et se raccourcissent à partir du solstice d'hiver - ce que reflète notre méridienne.

Lorsque la tache blanche passe sur la ligne médiane, la méridienne indique l’heure solaire vraie.

Lorsque la tache blanche passe sur la ligne en forme de 8, la méridienne indique le temps moyen (voir équation du temps)

L'équation du temps 

 

ou l'expliquation de la courbe en forme de 8 sur le tableau de la méridienne 

Le jour solaire est déterminé par le temps écoulé entre deux passages du soleil au méridien. C'est ce que nous appelons le « jour solaire vrai ». Ce temps vrai est celui que marque notre méridienne sur la ligne droite située au milieu du tableau.

 

Le « jour solaire vrai » n'est pas constant en raison de la forme elliptique de l'orbite terrestre et de son inclinaison sur l'équateur. Le jour solaire vrai est variable au cours de l'année. Du plus long au plus court l'écart est de cinquante secondes. Un chronomètre bien réglé montrerait qu'au cours d'une année le temps vrai avance puis retarde d'un quart d'heure. Il serait difficile de construire des montres à marche irrégulière capable de suivre les indications du « soleil vrai ». Pour éviter cet inconvénient on définit un « jour solaire moyen » composé par la moyenne des jours vrais de l'année.

 

L' « équation du temps » est la différence entre le jour solaire moyen et le jour solaire vrai. Elle est maximale en février (+ 14 minutes) et en novembre (- 16 minutes), et nulle 4 jours seulement par an - vers les 15 avril, 13 juin, 1er septembre et 25 décembre - dont nous retrouvons les points aux intersections de la courbe en forme de 8 avec la ligne droite figurant au milieu du tableau. Notre méridienne intègre l' « équation du temps » par la représentation de la courbe en forme de 8 qui figure en relief sur son tableau. Les conventions établies par l'homme pour régler ses horloges et compter les heures sont les seules responsables de ces singularités.

La méridienne de l'église d'Urschenheim 

Le 16 juillet, date des photos 

 

Il est 13 h 30 sur vos montres personnelles lorsque la tâche blanche se situe sur la courbe en forme de 8 selon les préceptes du temps moyen (voir plus haut). 

  

Il est 13 heures 36 sur vos montres – midi solaire - au moment où la tache blanche se situe sur la ligne médiane (cf. calcul). 

 

Calcul du midi solaire:

 

- Temps solaire                                            12 heures

- Equation du temps le 16/07                      + 6 minutes

- Correction de longitude                            - 30 minutes

- Décalage horaire (UT+1)                          + 1 heure

- Heure d’été                                               + 1 heure

 

Latitude  48°05.10

Longitude 7°29.17
                                                     ------------------------------------

Temps légal correspondant           13 heures 36 minutes       

L'installation d'un mécanisme d'horloge et de la méridienne remonte à 1865. Notre méridienne est restaurée en 1987 au moment de la rénovation de l'église, mais n'est réinstallée qu'en avril 1996. Cet instrument a un intérêt tant artistique que scientifique.